Ai posé de nombreux petits pas de pierre le long de mes découvertes sur les jardins japonais… Celui-ci m’a particulièrement touchée, par son abord inhabituel  et de grande qualité. Photos en noir et blanc des jardins de Tokyo, nuancées et, je ne sais trop pourquoi, bouleversantes.
Peut-être une des voies cachées pour ressentir ce fameux fuzei, sentiment poétique teinté de… de… , qui est le but ineffable de tant de travail, d’humilité et de patience dans un jardin.

La troublante visite est par ici :

Tim Porter – Paradise : The gardens of Tokyo

***

Pour s’en remettre et poursuivre sur cette verte voie, un site francophone sur la taille des arbres (niwaki), Le jardin de Perelandra, bien fait et « à la croisée des chemins » lui aussi. Livre commandé, je le crains. ^^

Et vers un site anglophone vraiment complet, liens , galeries, vocabulaire (et avec exhaustives photos, en couleur cette fois), je donne ou redonne le lien vers Japanese Gardens du Bowdoin College, je n’ai pas pu trouver mieux pour l’heure. Et voilà.

Publicités