Vous n’oublierez plus le regard de cette vache.
L’article qui suit « et qui peut rendre végétarien », disons, écoute les propos de Fabrice Nicolino, auteur de l’essai « Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde » sur la folie viandière mondiale. Des choses que nous savons, d’autres non, des évidences à (re)marteler, et des questions à se poser. Voici l’interview sur Basta, par Agnès Rousseau :

« TANT QU’IL Y AURA DES ABATTOIRS, IL Y AURA DES CHAMPS DE BATAILLE »

Un petit chapeau pour introduire la chose :

Inquiétante pour la santé humaine, menaçante pour la diversité des espèces, dangereuse pour le climat, l’industrie de la viande a échoué à résoudre le problème de la faim. C’est ce que démontre le journaliste Fabrice Nicolino dans un essai intitulé Bidoche. Il aurait très bien pu s’intituler « barbaque » ou « charogne »… Les Français mangent en moyenne, chaque année, 92 kg de chair fraîche, congelée ou stérilisée, une carne produite presque exclusivement par l’industrie. Autant dire que les questions soulevées par cette antithèse d’un livre de cuisine nous concernent tous, en tant que consommateurs et citoyens. Attention, l’interview qui suit peut pousser à devenir végétarien.

…Et moi qui fais déjà très attention à la viande et au poisson que j’achète (bio et local, oui c’est cher, oui ce n’est que 2 fois par semaine environ), sans avoir sauté le pas du végétarisme, j’en pleurerais, car je ne peux pas oublier le regard de cette vache.

Publicités