C’est-à-dire : La puissance du grand se transformant en La percée. Comme ça vous saurez tout ou presque sur Bibi, qui n’a pas tiré des tiges d’achillée ni des pièces de monnaie, mais des cure-dents, et qu’a du Yang plein les pognes.
Hein ?
C’est juste  ma première expérimentation de la trame du Yi King, où tout le monde a pris sa claque, et où les mathématiques les plus logiques sont le pendant de la vibration spirituelle la plus éclatante.

Ai fini par dénicher, toute à ma découverte fébrile — suite à l’introduction avec le poche Yi King, pratiques et interprétations de Sam Reifler chez Albin Michel –, dans le fatras virtuel :
une petite biblio commentée chez Taosophie, à creuser (après creusage, c’est le Wilhem et le Schlumberger qui ressortent),
– et surtout un lieu comme une bibliothèque de classiques chinois, chez l’Association Française des Professeurs de Chinois, bref, plein de choses pour faire le vide.

C’est rigolo, c’est un peu comme le tarot mais en fait point du tout, mais non mais si. ^^

Publicités