Archive for novembre, 2009


Reportage photo qui me lance un flash-souvenir.
Garonnette, parking. Les toulousains connaissent cet endroit plein de bagnoles garées en vrac, derrière les quais, devant les immeubles de-chez-ma-cousine. Il y a là un banc qui m’a toujours choquée, simple, « design » et bien immonde, fait de barres de métal dont une est tordue au milieu en forme d’accoudoir, ce qui étrangement empêche complètement de s’y coucher. Le banc anti-pauvres, je l’avais appelé. Beurkitude urbaine, exclusion métallisée…
Un peu le principe des « bancs » de métro inclinés, les salauds, où l’on peut poireauter deux minutes mais pas dormir.

Et ceci rejoint cela. Vue sur Rue89, l’exposition d’Arnaud Elfort et Guillaume Schaller, flashant ces dispositifs anti-squattage d’humains dans les coins de Paris, pointe ainsi une inhumanité architecturale tristement inventive.

Présentation de la galerie Flickr, à voir ici :

Les Anti-sites : archivages d’excroissances urbaines anti-SDF

Assorti d’un article sur Rue89 :

Empêcher les SDF de s’asseoir : la ville ne manque pas d’idées

Et pour tout dire… texte d’intro de la galerie Flickr : Lire la suite

Ricochets

Premiers retours… notre choix récent ne laisse pas vraiment indifférent, les réactions sont variées mais plutôt good dans l’ensemble (EDIT : Nan, en fait, elles sont vraiment variées). Quand on touche à la bouffe, on touche profond.
Extraits et initiales
: Lire la suite

Un Fay sous les séquoias

Balade géante sous arbres gigantesques… Ceux qui résistent aux coupes sauvages, du moins. C’est un superbe reportage, assez poignant, de National Geographic, et devinez quoi, il y a vraiment un Fay dans l’af-fair.
Textes, vidéo et photos sont par là, attrapez la branche :

REDWOODS – THE SUPER TREES

… En anglais. Je suis en train de le lire petit à petit, mais mon anglais ne me permet pas de gravir trop vite ces longues pages, ce qui procure le plaisir mystique de contempler sans se lasser ces immenses êtres…
(il ne manque qu’un panneau annonçant le Bout du Monde, and that’ the mood :-) )

Attention tartine ! Billet spécial, avec l’accord de ma copine Lise pour que je la cite, qui m’a fait quelques honneurs particuliers suite à l’annonce de notre VG-coming out :

=> Celui (et elle a la primauté, pour le coup) de m’avoir dit qu’elle prévoirait des repas sans viande ni graisse animale quand on mangerait ensemble,
=> Celui d’avoir vu Earthlings (primauté aussi), et ce jusqu’au bout (il faut reconnaître que plusieurs personnes ont sincèrement avoué qu’elles ne pourraient pas supporter de le regarder, ce qui est compréhensible — je ne savais pas si je tiendrai jusqu’à la fin) Ainsi que d’aller voir le site AVIS et de lire l’interview de Fabrice Nicolino,

=> Et surtout celui d’avoir enclenché une vaste série de questions, qui peuvent porter à la réflexion. Comme c’est intéressant, et comme elle est OK, je poursuis la discussion ici, et c’est parti pour la Lettre à Lise. ;-)

(=> bon et je n’oublie pas celui, qui me fait extrêmement plaisir, de prendre la peine d’utiliser l’ordi et le Net comme media de communication, ce qui n’est pas son kif ! Thanx for that ^^)

(Note : il est envisageable qu’une autre Lettre à C. suive, si C. est d’accord pour que je reprenne nos mails ici, car on a déjà beaucoup discuté et on change un peu tous les jours :-) )

Lire la suite

A la source. Nutrition, éthique, recherche, et une petite prière pour la route… salade de links. :P Lire la suite

(Motif principal du billet : l’incredible program trouvé à ma gauche ! *clap clap*, philo de T-shirt, trop beau pour être faux. J’adore ce truc)

…So, les vegan dans tout ça ?
Hormis ce nom rigolo de SF « de la planète Vegan », cela consiste à prendre en compte, en plus des produits et sous-produits animaux (oeufs, laitages, et même miel !), les produits non destinés à l’alimentation, cuir, laine, os, etc.

Voir la définition de chez AVIS :

Vegan : terme anglo-saxon, souvent traduit par  » végétalien  » en français. Seulement, un vegan, en plus d’être végétalien, n’utilise aucun produit d’origine animale dans toutes les facettes de sa vie. Que ce soit ses habits, chaussures, produits cosmétiques, objets divers, agriculture, loisirs, etc.. Il n’utilise donc ni cuir, ni laine, ni fourrure, ni cire d’abeille, ni produits testés sur les animaux, etc.. Un vegan n’accepte d’utiliser dans sa vie, que des produits non-issus de la souffrance d’un animal : végétaux, minéraux ou micro-organismes (non-testés sur les animaux). Ce mode de vie reste un idéal, mais il est le plus approprié, à notre avis, et il tient à chacun d’y tendre suivant ses possibilités.

Le plus cohérent, je trouve, mais carrément le plus dur à suivre… surtout pour le miel.
Plus facile à la limite pour le cuir (surtout après avoir vu le calvaire des vaches indiennes :-S), pas impossible pour la laine. En fait il faut re-réfléchir à chaque geste de sa vie…
Je ne sais pas encore comment me situer par rapport à ça (pas le courage de sauter si loin d’un coup, surtout, je le crains), ça me tarabuste, juste…

Mais j’adore ce truc des sept messages.

Allez, je rends l’antenne :P

Fils végétaux

Et voici la SSS, la Sister Selection de Sites végétariens ; il y en a pour tous les goûts, du théorique, du pratique, des interviews et plein de recettes !

Merki ki ? merki Marie :)

Autant mémo que porte ouverte, je compte revenir souvent sur ce petit billet, pour approfondir tranquillement le sujet.

Sinon, autour de nous, les toutes premières réactions sont plutôt sympathiques et soutenantes, pas (encore) de sarcasmes, peu d’indifférence et beaucoup de curiosité.

ça fait plézir ^^

… C’est parti : Lire la suite

Violent. Dérangeant. Saignant. Ecoeurant. Mais surtout Réel. Multiprimé et nominé aux Oscars, EARTHLINGS est le documentaire le plus exhaustif et le plus cinglant sur la relation moderne de l’homme à l’animal. Relation ou plutôt asservissement pour godasses, torture pour assiette, meurtre de masse pour masses meurtrières.

Exagéré ? Non, en dessous, toujours en dessous de la réalité qui nous est ici montrée, de façon claire et sans équivoque. Le docu est découpé (sans anesthésie) en cinq parties qui font le tour de la question, et qui nous remettent salement en question. Lire la suite