Archive for juillet, 2010


Trois fois deux. Deux pétitions tombées dans le nid, primo, en plein réchauffement climatique et informatique. La première, en anglais, vient de Planète sans visa – où l’on lira avec tristesse et écœurement, pour moi du moins, les dernières nouvelles déprimantes concernant la réintroduction de l’ours – et consiste à protéger le site russe de la ‘Khimki forest’. La seconde, en français, vient de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, et consiste à protéger l’habitat en danger d’un genre de passereau nommé tarier des prés.

Suivre le vol d’oiseau :

SAUVER LA FORET RUSSE DE KHIMKI (CONTRE VINCI)
– sur Planète sans visa,
infos & lien pétitionnesque dedans

NON A LA DESTRUCTION DU SITE DE MALBOUHANS
– LE TARIER DES PRES MENACE

Deux réflexions express, deuzio.
Je ne vais peut-être pas céder à l’envie de faire tout de suite un petit bilan de cette première année bloguesque (une bougie le mois prochain), je n’ai pas enregistré les requêtes bizarres qui s’effacent au fur et à mesure (à part que les arrivants cherchent surtout à apprendre la clef de fa ^_^), et mon nombre de visiteurs est tout à fait confidentiel, quoique de qualité, comme on a pu voir ;) …Et le changement cutané ne va pas se faire aussi vite que prévu, toute embrouillée que je me suis mise dans les noms de domaine, et passage bien trop compliqué pour moi vers le .org. Mais bon.

Mais, donc, deux petits trucs d’ores et déjà.

D’abord, j’ai réalisé que les coups de gueule font plus ou moins un carton, en comparaison d’autres formes de billet. Lire la suite

Avec l’opération Carré Vert, on peut acheter des lopins de Sierra colombienne pour « rendre la terre à ses gardiens« , en l’occurrence aux Indiens Kogis. Pour une action concrète, utile, à la portée de tous – on peut acheter des petits petits bouts, et même planter des arbres, un peu comme dans le projet Trees for Life en Ecosse -, suivez le sentier :

TCHENDUKUA, ici et ailleurs
– OPERATION CARRE VERT

Le projet, plus qu’avancé et très cohérent (pour le coup), est issu de la persévérance du géographe Eric Julien, un gars qui vit sa vie sauvée par les Kogis et qui en partant demanda comme ça « que puis-je faire pour vous aider ?« … Il avait posé la bonne question ! Les détails de cette histoire et du parcours du monsieur sont audibles sur les podcasts de l’émission Terre à Terre de France Culture, c’est une émission titrée La relation homme-nature (2).

Acheter la terre pour la rendre aux Indiens, donc ; y (re)planter les bases d’une nouvelle forêt ; mais aussi rendre à nouveau accessibles des sites sacrés, des lieux de culte, car aux yeux des Kogis la Terre n’est pas juste un assemblage de propriétés ou un terreau productif, elle… est.
L’association Tchendukua s’occupe même de retrouver et racheter (car c’est payant !) des objets rituels, funéraires, recelés et vendus par les pilleurs de tombes.

Bon, c’est eux qui en parlent le mieux, je transfère donc ici intégralement le « message des Kogis » (c’est moi qui souligne) :

Les petits frères abîment tout,  pas seulement la Sierra, non ils abîment la terre, la nature, ils ne respectent rien.  Au début, beaucoup de Kogis ne vous croyaient pas.. Ils pensaient que vous étiez comme les autres, que vous veniez acheter la terre pour vous. Beaucoup de gens viennent ici pour prendre, utiliser, se servir. Ils ne protègent pas les choses, ils ne les pensent pas, ils les utilisent. Maintenant on voit que si, c’est vrai, vous travaillez vraiment pour la Sierra, pour essayer de redonner de la force à la nature. Lire la suite

Lettre à René

Mon cher René,

votre envoi me déçoit beaucoup, et m’interroge. En plus, j’étais en train de penser à vous, venant à l’instant (à l’instant !) de lire d’une traite le « Discours sur le colonialisme » du grand Aimé Césaire.
Quel rapport, me direz-vous.
Et bien voici.

Ce livre traînait sur la table depuis quelques jours, je me promettais de le lire.

Ce matin, aux infos france-culturiennes (auxquelles, vous aviez raison, il faut prêter une oreille de plus en plus critique, mais bref), l’on me parle du défilé du 14 juillet version 2010, vous savez bien, celle où on fait semblant de rattraper l’irrattrapable en faisant défiler des soldats africains cinquante ans trop tard.
Je me dis donc, c’est un bon jour pour lire ce livre.
Je le dévore. J’en tape sur la table. J’en ai les larmes aux yeux.
L’image du brouillard de sang me suit, suinte, colle.
Je veux en acheter des exemplaires à envoyer à plein de monde.
Je repense, très vite, à tout ce que vous avez dit sur la colonisation, l’impérialisme occidental mortifère, les gens classés par numéro de race, les Expositions Universelles, etc. Lire la suite

Trouvée sur le site Amérindiens libres (farci d’ailleurs de nombreuses pistes à suivre), la pétition du Chef Raoni demande l’abandon du projet de barrage hydro-électrique de Belo Monte, qui mettra populations et écosystèmes en état de mort. Signer pour protéger l’Amazonie c’est donc ici :

DEMANDE DE SOUTIEN INTERNATIONAL DU CHEF RAONI
ET DES REPRESENTANTS DES PEUPLES INDIGENES DU XINGU (Brésil)
CONTRE LE PROJET BELO MONTE

Voici le début du texte de la pétition, consultable intégralement sur raoni.fr :

Nous, peuple indigène du Xingù, ne voulons pas de Belo Monte. Nous, peuple indigène du Xingù, luttons pour notre peuple, pour notre terre mais aussi pour l’avenir de la planète. Le président Lula a déclaré qu’il était inquiet pour les Indiens, qu’il était préoccupé par l’Amazonie et qu’il ne voulait pas que des ONG internationales s’opposent au barrage de Belo Monte. Nous ne sommes pas des ONG internationales. Nous, les 62 leaders indigènes des villages de Bacajâ, Mrotidjam, Kararaô, Terra-Wanga, Boa Vista Km 17, Tukamâ, Kapoto, Moikarako, Aykre, Kiketrum, Potikro, Tukaia, Mentutire, Omekrankum, Cakamkubem et Pokaimone, avons déjà subi de nombreuses invasions et affronté de nombreux dangers.

Lorsque les Portugais sont arrivés au Brésil, nous, les Indiens, étions déjà là ; beaucoup sont morts, beaucoup ont perdu leurs vastes territoires, la plupart de leurs droits, beaucoup ont perdu une partie de leur culture et d’autres groupes ont totalement disparu.

La forêt est notre épicerie, la rivière notre marché. Nous ne voulons pas que les cours d’eau du Xingù soient envahis et que nos villages et nos enfants, qui seront élevés selon nos coutumes, soient en danger. Nous ne voulons pas du barrage hydroélectrique de Belo Monte car nous savons qu’il n’apportera que destruction. (…)

Bonnes signatures !

 

L’île dont vous êtes originaire et que vous représentez abrite un écosystème d’une richesse et d’une variété exceptionnelle. Ce trésor est aujourd’hui menacé par les exploitants de bois de rose et de bois. Les protecteurs de cet environnement sont tous les jours exposés à des menaces de mort.(…)

Ne trouvant pas le lien adéquat, je transmets ici pour mes amis des arbres, de l’Île et de la Planète qui nous porte, ce courrier à signer, copier et mailer à l’ambassadeur de Madagascar. Merci aux signataires !

Pour plus d’infos sur ce pillage à grande échelle, cet article de Courrier International daté de novembre 2009 :

LES AUTORITES COMPLICES DE LA DEFORESTATION

…A vos plumes :

Pétition internationale pour sauver la forêt tropicale de Madagascar
du pillage a grande échelle organisé par des compagnies étrangères.
Nous comptons sur votre mobilisation pour arrêter ce scandale.
Merci a tous de votre participation Lire la suite

Aaah, a y est, mon souci de connexion résolu, j’ai pu glorieusement caler un SECOND livre sur ma Babelthèque, comme ils disent.
Interface plaisante, et je viens de dénicher le tableau comparatif qui tue, et qui ne me fait plus douter de mon choix (si besoin était) : c’est dans un blog bibliothécaire vrai de vrai, c’est plein de tableaux et d’indicateurs pointus, et c’est ici :

1 AN APRES :
LIBRARYTHING vs LIBFLY vs BABELTHEQUE
– chez Bibliothèques 2.0

Et ben juste voilà, je voulais partager ma joie – pour changer de partager des pétitions !
Franchement tournée vers Babelio, donc, je délaisse pour l’heure l’option l’Agora des Livres (qui ressemble en effet à un gros et beau forum, mais là je ne peux décemment pas trouver le temps pour ça, ce sera un gouffre !)
Je résiste vaillamment à la tentation ultime de pelleter toutes mes piles de bouquins pour les intégrer soigneusement, et je m’en tiens à ma bonne résolution de débutante Babeleuse : n’entrer que le livre en cours de lecture (et un seul à la fois !).

Bon, et pour tractopeller une grosse masse d’informations en une fois (sait-on jamais), j’ai pu exporter et ma liste de livres, et ma wishlist, depuis Anobii, sur un fichier genre Calc qui va bien.
C’était tout facile.
Et je me demande comment j’ai pu rester si longtemps à zoner sur Anobii qui est ‘achment moins bien ! (et y entraîner des zamis d’ailleurs ^^).

A part ça, la vie continue, pleine de creux et de bosses, mais je vous épargne le mien stress et je vous laisse sur un guilleret tradadidadoolala… :)

Prochain épisode :
traitera d’une interminable liste
de choses à faire plus ou moins triviales /
ou bien parlera de complètement autre chose.