Avec l’opération Carré Vert, on peut acheter des lopins de Sierra colombienne pour « rendre la terre à ses gardiens« , en l’occurrence aux Indiens Kogis. Pour une action concrète, utile, à la portée de tous – on peut acheter des petits petits bouts, et même planter des arbres, un peu comme dans le projet Trees for Life en Ecosse -, suivez le sentier :

TCHENDUKUA, ici et ailleurs
– OPERATION CARRE VERT

Le projet, plus qu’avancé et très cohérent (pour le coup), est issu de la persévérance du géographe Eric Julien, un gars qui vit sa vie sauvée par les Kogis et qui en partant demanda comme ça « que puis-je faire pour vous aider ?« … Il avait posé la bonne question ! Les détails de cette histoire et du parcours du monsieur sont audibles sur les podcasts de l’émission Terre à Terre de France Culture, c’est une émission titrée La relation homme-nature (2).

Acheter la terre pour la rendre aux Indiens, donc ; y (re)planter les bases d’une nouvelle forêt ; mais aussi rendre à nouveau accessibles des sites sacrés, des lieux de culte, car aux yeux des Kogis la Terre n’est pas juste un assemblage de propriétés ou un terreau productif, elle… est.
L’association Tchendukua s’occupe même de retrouver et racheter (car c’est payant !) des objets rituels, funéraires, recelés et vendus par les pilleurs de tombes.

Bon, c’est eux qui en parlent le mieux, je transfère donc ici intégralement le « message des Kogis » (c’est moi qui souligne) :

Les petits frères abîment tout,  pas seulement la Sierra, non ils abîment la terre, la nature, ils ne respectent rien.  Au début, beaucoup de Kogis ne vous croyaient pas.. Ils pensaient que vous étiez comme les autres, que vous veniez acheter la terre pour vous. Beaucoup de gens viennent ici pour prendre, utiliser, se servir. Ils ne protègent pas les choses, ils ne les pensent pas, ils les utilisent. Maintenant on voit que si, c’est vrai, vous travaillez vraiment pour la Sierra, pour essayer de redonner de la force à la nature.

Sans doute ne le savez vous pas, mais lorsque vous nous rendez de  la terre vous ne nous rendez pas seulement des terres pour que nous puissions cultiver, vous nous rendez aussi des lieux sacrés, les sites de nos ancêtres ou l’on peut faire notre travail traditionnel pour protéger les choses. Sur ces terres et dans la Sierra, grâce aux « cuentas », que vous nous ramenez, nous pouvons faire les offrandes nécessaires pour garder la loi. Tout ce matériel que vous nous ramenez comme cela, cela nous permet de retrouver des mots, de faire vivre la mémoire et d’élargir notre pensée pour qu’elle reste vivante, forte. …

Nous ne vous demandons pas seulement de nous aider pour retrouver des terres, non, nous vous demandons surtout de nous aider à protéger  ce que vous appelez la nature, les êtres vivants, les animaux, les plantes, les arbres, mais aussi les pierres. Quand on vous parle de protéger la nature, des terrasses ou sont les ancêtres,  des sites d’offrandes pour les pagamientos, nous ne savons pas si vous comprenez de quoi nous parlons. Qu’est ce que la nature pour vous ? Est-ce que vous voulez vraiment la protéger ?

Pourtant, on doit travailler plus ensemble, les Kogis et les français, et on doit apprendre à partager les idées, savoir si là ou nous allons, c’est bien, c’est juste ou c’est « mal » ?  Seul, nous n’y arriverons pas. C’est un peu comme un enfant, qui devrait soutenir toute une famille, ses parents, ses grands parents..Seul, il ne peut pas y arriver..

Pour cela, vous pouvez apprendre à penser comme nous, à protéger la Sierra, la terre, la nature, vous pouvez. Les amis, ceux qui nous aident doivent comprendre cela. Arrêter de parler, mais penser, penser vraiment pour agir. Si nous sommes les grands frères, ce n’est pas pour  juger les gens ou les choses, savoir si c’est bien ou mal, mais c’est car nous faisons  le travail ici dans la sierra, nous protégeons la Nature. Nous faisons ce travail et nous voulons vous aider, pour que vous ne vous sentiez pas seuls là bas…

Ne pensez pas seulement à l’argent, l’argent c’est utile bien sur, mais pensez aussi à ce qui est important, à la mémoire, à vos anciens, ce qu’ils savaient, ce qu’ils faisaient pour la nature. Retrouvez ces connaissances, pour sauver la nature et nous sauver.  Retrouvez cette mémoire. L’argent, il vous en faut toujours plus, pour faire toujours plus de choses, toutes très importantes. Mais quand il n’y aura plus rien, a quoi vous servira votre argent ? à quoi serviront ces choses « importantes » ? C’est comme si vous aviez oublié la nature, les pères et les mères de toutes choses, qui donnent la vie.

De l’autre côté, là bas, vous pouvez apprendre à refaire les choses avec la nature. C’est pour cela que nous avons accepté cette construction chez vous, cette kankurua, pour que vous soyez un peu avec nous dans la Sierra, pour que nous puissions apprendre à penser ensemble, comme des frères. Il faut que vous gardiez cela dans vos têtes et dans vos cœurs, que vous le gardiez vivant.. vraiment vivant.. pas seulement sur un papier.. ou dans des mots. Il faut allez à la Loma, penser, penser là ou sont les choses, c’est à la Loma que l’on voit les choses importantes, celles de l’intérieur.

Après, quand vous serez dans la Kankurua, avec le feu, nous serons tous là, avec vous, comme maintenant, vous êtes un peu avec nous, vous serez un peu avec nous, dans la Sierra. Nous pourrons penser ensemble.. penser pour anticiper.. penser pour protéger la mère.

Entchivé

Mamu José BARRO   •   Mamu Maria Nieve   •   Mamu José LOPERENA   •   Mamu Luis VACUNA   •   Mamu Miguel DINGULA   •   Mamu Antonio PINTO   •   Mamu Vincente DINGULA   •   Mamu Romaldo DINGULA   •   Comisario Juan Acencio LOPERENA   •   Comisario Javier LOPERENA

PS. Sur le blog d’Anna Galore, une entrée dans le monde spirituel des Kogis ainsi que des références bouquinesques.

Publicités