Une machine pour laver mon linge
Une machine pour laver ma vaisselle
Une machine pour mixer mes aliments
Deux machines pour chauffer mes aliments
Une machine pour refroidir mes aliments
Une machine pour cuire mon riz
Une machine pour fabriquer mon pain
Une machine pour griller mon pain
Une machine pour chauffer mon eau
Une machine pour fabriquer mes yaourts
Une machine pour faire des crêpes
Une machine pour me réveiller
Une machine pour me transporter (pleine d’autres machines)
Une machine pour couper du bois
Deux machines pour couper l’herbe
Une machine pour débroussailler
Une machine pour broyer des branches
Une machine pour sécher mes cheveux
Une machine pour lisser mes cheveux
Une machine pour aspirer le sol
Une machine pour percer les murs
Une machine pour visser des vis dans les murs
(sans compter les X machines professionnelles)
Deux machines pour recharger des piles
Trois machines pour prendre des photographies (plus les portables)
Une machine pour lire les données photographiques
Une machine pour lire des données filmiques
Une machine pour regarder des données filmiques
Trois machines (je crois…) pour jouer à des jeux vidéo
Quatre machines pour écouter de la musique
Quatre machines pour téléphoner
Une machine pour amener le Net
Une machine pour mémoriser des données
Deux machines pour imprimer des pages
Une machine pour ordinateurer en grand
Une machine pour ordinateurer en petit – et écrire ce billet.

Quarante neuf en tout. J’en oublie certainement…

…Et la voie de l’autonomie est décidément bien longue.

Note Un : Je n’ai compté que les machines utilisant une énergie électrique ou essence, pas celles utilisant la force mécanique (comme un vélo) ou solaire (comme un chargeur solaire).

Note Deux : la visible gêne instillée en myself par la constitution de cette liste est redoublée par la constatation assez rapide qu’à l’heure actuelle je ne peux me passer de deux bons tiers de ces quarante neuf machines. Ou, pour le dire autrement, que mon travail à temps plein ne me permet pas de me passer de la plus grosse partie de ces deux bons tiers. Ci-gît la dépendance au travail, au plastique, au pétrole et aux multinationales. Indépendante, moi ? Really ?

Note Trois : Pendant ce temps, nous continuons gaiement à nous faire traiter de « cons d’écolos ». Pas tant que ça, visiblement, il reste un sacré chemin ;)

Hors Liste : D’autres billets revenants à venir dans cette Clef un peu fantômatique, une mue peut-être (peut-être, rien ne dit que les machines soient toujours d’accord), et en attendant bienvenue au petit Soleil d’Hiver, et Bon Samhain à tous/toutes ! :)

 

EDIT : Et vous, combien de machines peuplent vos murs ? ^_^

 

Publicités