…Et en profiter vite car le streaming – légal – n’est en place que quelques jours ! Au programme de ce stimulant documentaire sur les eco-warriors de par le monde, encore des désobéisseurs pas-assis-pas-couchés-et-pas-d’accord :

Ils ont établi leur camp dans la canopée des séquoias de Californie du Nord ou de l’Oregon. En rupture avec l’American way of life, ils ont décidé de donner leur temps, et pour certains leur vie, à la protection de la nature. Leurs inspirateurs sont des poètes et des philosophes comme Henri David Thoreau (l’auteur de La désobéissance civile). Ils ont des airs angéliques, tiennent des propos fondés mais qui sonnent le plus souvent utopiques. Ailleurs, ces nouveaux guérilleros éperonnent les baleiniers japonais en Antarctique ou s’accrochent au-dessus des voies ferrées pour bloquer les trains de déchets nucléaires en Allemagne. Parfois, pour défendre ce à quoi ils croient, certains basculent dans l’illégalité, s’en prennent aux forestiers ou aux exploitants de bois, sabotent des laboratoires de vivisection ou brûlent des 4×4. Ils sont alors forcés à la cavale ou à la clandestinité.
Pour le FBI, ce sont des terroristes. L’agence fédérale les a officiellement désignés comme la seconde menace pour la sécurité intérieure des États-Unis après Al-Qaida. Elle fait peser sur ces militants verts une répression féroce et sans précédent. Le Animal and enterprise terrorism act, un volet spécial des Patriot acts américains adopté sous la pression des lobbies industriels, donne désormais la possibilité aux autorités de réprimer toute forme de protestation. Des avocats défenseurs des libertés publiques et des ONG comme Greenpeace dénoncent cette dérive liberticide, aux États-Unis comme en Europe.

Chemin des marins et des suspendus aux arbres :

LES INSURGES DE LA TERRE – Documentaire 53 mn – sur Arte.tv

Je le vois avant écroulement du mercredi et je reviens en dire un mot dès que possible, et citer quelques extraits de l’article du Canard de ce jour. Thoreau Rules ! :)

(En images, le drapeau de Sea Shepherd piqué sur NeoPlanete, lien & infos dans la colonne de dextre. Pardon du passage en éclair !)

+ + + EDIT : LES LIENS PIRATES + + +

Une mini-plongée en eaux anarcho-écologistes et voici la moisson marine / forestière :

Je ne présente plus les pionniers de la green-action directe de Greenpeace, ni le très dépotant capitaine Paul Watson de Sea Shepherd, chassant les chasseurs, pirates pro-baleines (pardon, globicéphales), phoques, requins & dauphins, connus pour l’intervention directe sur les baleiniers, notamment dans les eaux japonaises et en Antarctique.
A ce propos, une grosse embrouille entre les deux, le second (Watson donc) également fondateur de Greenpeace en son temps, leur en veut à mort de leur piquer leurs donateurs avec des genres de détournements d’infos – voir son coup de gueule dans sa lettre ouverte publiée par Le Point. J’y ai appris la polémique, je n’avais pas de raison de ne pas y croire.

Ensuite, la très sympathique Ecureuille (ou Ecureuil Farouche), de son vrai nom Cécile Lecomte : c’est cette jeune femme éclatante qui se suspend aux caténaires pour faire un blocage aérien des convois de trains transportant des déchets nucléaires. « Des petits pas, pour un grand rêve« , pas moins, la philosophie acrobatique de la demoiselle constitue le socle flambant d’une des rencontres les plus motivantes de tout le docu.
J’ai du mal à trouver un site officiel, voici en format .pdf via le Réseau Sortir du Nucléaireà voir aussi, Charte anti-nucléaire à signer !un article du magazine Causette sur Cécile Lecomte. L’on peut y apprendre que péter la santé n’est pas obligatoire pour militer de façon spectaculaire – la grimpeuse souffre en effet de polyarthrite (on n’aura plus d’excuse pour ne pas se bouger !) – et l’on peut y voir sa chouette roulotte plantée au Nord de l’Allemagne.

Restons dans les airs avec la belle et déchirante promenade parmi les séquoias géants d’Amérique du Nord. Les activistes écologistes d’Earth First, asso internationale active depuis 31 ans, grimpent et restent un maximum dans les arbres à ne pas couper. Le fight avec les tronços et surtout le FBI (partie la plus outch) peut aller loin, à grands coups de bombes lacrymos direct dans les yeux.
Il est donné sur la page wiki le lien, francophone, vers La Terre d’Abord, ancien Vegan Revolution, mais je n’ai pas su trouver s’il y a une connexion officielle entre les deux ou s’il s’agit juste d’un rapprochement. Je m’éloigne du sujet du docu mais concernant ce dernier lien, où j’ai découvert le « straight edge » dont je n’avais aucune idée… Vous me direz pour celles/ceux qui le visiteront. Très radical oui, mais sentiments mitigés, questions idéologiques… Je n’ai pas assez fouillé pour me faire une idée claire.
Bon, pour Earth First en tout cas, il existe des antennes canadiennes, européennes, etc. Voici aussi les archives du magazine Do or Die. (=> Hel, on en a parlé récemment, d’eux, non ?)

Les interviews d’activistes emprisonnés, parfois en prisons de haute sécurité (comprendre = au trou), ou plutôt de prisonniers politiques écologistes, nous permettent de faire connaissance avec – je mets les sites de soutien, dont on croise trop vite de nombreux autres exemples en images – : Tre Arrow pieds nus sur son vélo, Jeff Luers en Oregon, qui a pris 22 ans (!), Daniel McGowan dont on voit l’épouse à l’écran.
Concernant Daniel Andreas San Diego, qui était sur la constestation des biotechnologies, c’est carrément la fiche Wanted du FBI qui sort en premier du moteur ! Avec en haut de page, c’est à vomir, un gros slogan en relief « Most wanted terrorists« … (Et en second, l’avis de recherche retransmis par FoxNews, au moins c’est clair…).
Pour le dernier donc, à visiter uniquement si estomac très solide, le côté fbiesque de l’affaire est, ça se confirme, passablement hallucinant. On nous le montre jamais, ça, hein…

Enfin, est évoquée l’opération Black Fire, pour laquelle le FBI a inventé le « domestic terrorism » (eh oui) menée par le groupe Earth Liberation Front, qui existe depuis 77 et qui présente une position très proche du groupe Animal Liberation Front, au visuel irremplaçable (une personne cagoulée qui tient dans ses bras un petit chat).
Il faut dire qu’aux States ils sont un peu plus habitués que nous aux actions directes en faveur des animaux avec les célèbres (…simpsonisés et southparkisés, c’est dire) PETA, dont on ne saurait oublier que cela signifie People for Ethical Treatment of Animals. Là pointe d’ailleurs la charnière différentielle entre réformistes et abolitionnistes, dont il est largement parlé chez La Terre d’Abord entre autres, les premiers militant pour un meilleur traitement des animaux, les seconds pour un arrêt pur et simple de l’exploitation animale – pour la libération animale complète, quoi.

Et pour finir, Harry (l’autre) va pouvoir utiliser sa baguette magique à bon escient avec le site Green is the new Red du journaliste Will Potter, interviewé devant la Maison Blanche et auteur de l’ouvrage « Is green the new red ?« , référence aux nouveaux thèmes de la constestation, à propos de laquelle tout le monde insiste d’ailleurs pour ne pas s’en tenir à ‘l’environnement’ et à englober tout le système capitaliste et l’injustice sociale. C’est important de le répéter, à destination des critiques, des incrédules, des confortables etc.
Bref. C’est drôle, le slogan, fort et beau, résonne bien avec une phrase similaire du Omnia de la grande époque, qui disait « Black is the new Green« , mais là il faut partir dans un débat culturel sur les goths-métalleux-keupon et c’est plus compliqué. ;)

Voilà… bonne navigation les pirates !

N’hésitez *surtout* pas à rajouter des liens qui vous semblent appropriés :)

Publicités