Décollage imminent. Valises plombant sous les yeux, nuages crépitant sur la tête, appels d’air trouant la boîte aux lettres, descellée, la pauvre. A force. Je ne vous impose qu’un passage éclair, entre deux orages de fureur (dés)informative et trois averses de larmes sur le monde en lambeaux, et je vous livre en vrac un panier de choses à signer-voir-visiter-transmettre, et indignez-vous comme disait l’autre.

La température extérieure est de Merde Ambiante Maximale. Au menu, de la fourrure, du nucléaire (trop-plein), du Tibet, du gaz, des réfugiés en plein Calais, des transition towns et une grand-mère qui nous sauvera tous.

Sans plus tarder, embarquement immédiat pour fourre-tout hétéroclite :

§

Les bêtes d’abord. Ce n’est pas si souvent :

Ecrire aux enseignes pour qu’elles stoppent la vente de fourrure
– sur FourrureTorture

… cela fait même une excellente raison pour écrire à la reine d’Angleterre, dites donc. Et comme ils disent :

Si vous voyez un magasin de prêt-à-porter qui propose de la fourrure, n’hésitez pas à exprimer votre déception auprès du responsable du magasin et à lui indiquer de remonter votre remarque à son siège. Vous pouvez aussi écrire directement au siège des sociétés. N’oubliez pas de nous faire suivre les réponses que vous pourriez obtenir à campagne_a_fourrure-torture.com .

Important : même si la fourrure vous horrifie, il est nécessaire de rester courtois. Vous aurez beaucoup plus de chance d’être écouté.

§

3ème Salon de la Culture Tibétaine
30 avril et 1er mai 2011
à Paris, Pagode du Bois de Vincennes – sur Tibet-Info

… Même que nous allons essayer d’y être ! Et que cela fait même une excellente raison pour s’informer et militer en se cultivant, ou l’inverse. Et que le mini-programme est frétillesque à souhait :

Programme temporaire

- Conférences-débats
- Films suivis de questions-réponses.
- Restauration continue
- Spectacle de chants et danses du Tibet.
- Réalisation d’un Mandala tibétain de sable.
- Démonstration de séance de massage et calligraphie.
- Peintre tibétain.
- Vente d’artisanat tibétain.
- Dissolution du Mandala.

§

Sauvons le Mékong, le fleuve nourrit des millions de personnes
ainsi que Une mine de titane menace les éléphants cambodgiens
– deux lettres à signer – sur Sauvons la Forêt

… Et deux actions rapides comme tout pour des sujets plus qu’importants. Et cela fait même une excellente raison de s’interroger, plus que jamais, sur les liens entre barrages géants, déforestations, extractions minières et biodiversité.

§

Fukushima : le cri de colère de l’écologiste Michel Bernard
– sur LaVie

… Ai reçu ce texte plusieurs fois, et dans un gros nuage de particules multicolores sur cette infâme catastrophe, c’est un des cris les plus marquants, un que j’ai vraiment envie de partager. Il est vraiment à lire.
L’autre énorme coup de gueule, également reçu en miroirs et reflets de colère et de dégoût, est cet article définitif, celui qui, je dois le reconnaître, m’a le plus remuée et fait réfléchir – douloureusement – sur le problème fondamental de se connecter et de ce que cela implique :

Catastrophe nucléaire : on vous l’avait bien dit
– par Pièces et Main d’Oeuvre

On continuera dans les grosses vagues fluo avec :

Comment Bouygues exploite ses salariés du nucléaire
mais aussi Hiroshima dans les gènes
– sur le très nécessaire Basta! – agence de luttes sociales & environnementales

… Deux lectures dépotantes qui vont vous faire irradier de bonheur. Et cela fait même une excellente raison d’ajouter, au syndrome « Bouh les vilains » du gros bétonneur-exploiteur pas beau, les effroyables conséquences sur les Hibakushas, les « exposés » marginalisés, des radiations qui bien sûr ne nous atteindront jamais, ah ah, la preuve par l’image et par le chromosome.
On reste dans le cœur fondu de la question atomique avec ce lien incroyable, hallucinant, ces milliers de fûts que je découvre, et dont je ne parviens toujours pas à cerner l’ampleur désastreuse, malgré plusieurs lectures. (Attention ça fait très mal) :

Les « Tchernobyl » sous-marins – article sur AtomicArchives

En guise de plateau-repas, je vous livre en plein vol et en pâture l’introduction et pour l’en-tête, une jolie Carte mondiale des accidents nucléaires (mess to Hel : ceci est le vrai monde, mes saluts au dirigeable sur Paname) :

Où vont les sous-marins nucléaires naufraqés ? Au fond de la mer comme leurs semblables à moteur Diesel. Seule différence, dans ces tragédies, c’est que les sous-marins nucléaires relâchent dans le milieu marin une source formidable de radioactivité qui vient s’ajouter à celle des bombes et des missiles perdus, sans parler des fûts radioactifs qu’une douzaine de pays, le Royaume-Uni en tête, ont rejetés à l’eau pendant trente-six ans.

En tout cas, il y en a qui ne s’en font pas à Taiwan – et d’autres qui s’en font beaucoup, et à raison -, comme l’explique cette revue de blogs traduite par la grâce des internautes de Global Voices :

Taïwan : la longue marche solitaire des anti-nucléaires
– sur Global Voices

… On y cause de centrales en construction, de manifestations de citoyens écoeurés, et même du sale MOX tout pourri, le combustible nucléaire fabriqué dans le Gard à destination notamment de Fukushima.
Je remarque incidemment que basta! parlait déjà en 2009 de L’industrie française (qui) procède à un véritable pillage au Niger, ce qui fait que je pense aux Touaregs du Niger, pillés mais aussi contaminés et soumis à la désertification, à peu près chaque fois que je coupe l’alimentation de la petite fontaine électrique au taf.

§

Opposition sans précédent à l’exploitation des gaz de schiste
– sur Mountain Wilderness

… Pour continuer dans les humanoïdes incendiaires et faire bonne mesure avec *l’autre* saloperie du moment, la méconnue et vendue sous la table par nos dirigeants qui ne dirigent que leurs intérêts, soyons nets. Et pour reprendre en écho le lien sur les Parcs naturels apporté par Hélène ce même jour !

§

Calais – Tous doivent disparaître – sur Article XI

… Pour celles ou ceux qui n’oublient pas les oubliés de Calais, les réfugiés mondiaux qui n’en finissent pas de se faire persécuter, pas d’autre mot. Et pour faire à nouveau un peu la pub de ce site décidément de grande qualité.

§

Amour des bêtes ou haine des musulmans
– par le Collectif Les Mots Sont Importants

… Ce lien-là, je suis heureuse de l’avoir déniché. Parce que l’article, étayé, par un collectif qui l’est tout autant, prend la peine d’expliquer clairement en quoi certaines campagnes estampillées ‘défense des animaux’ sont en fait des processus racistes et discriminants. Et quand on est à la fois végéta*ienne et anti-raciste, et qu’on nage au milieu d’un océan d’énormités débitées à la seconde par de trop nombreuses personnes, ben on est bien contente de voir qu’il reste du monde pour faire la part des choses, poser le truc en toute clarté, enfin. Une lecture qui fait autant de bien qu’un passage chez les Cahiers antispécistes, c’est dire.
Et puis un tour de chauffe dans les archives Vegan Revolution, ça peut faire du bien aussi, parfois, je l’avoue !

§

Villes en transition
– documentaire VO sous-titré en français – sur Vimeo

… Se retaper un peu le moral avec des gens qui tentent le coup. Je dois encore voir ce docu transmis par Eve, donc mes excuses s’il ne correspond pas à nos attentes et si je ne le commente pas encore ! Et pour finir de se le retaper, ce moral mis en berne et bien entamé par tout ce qui précède, une autre vidéo (en VO) native et positive :

Le message de Grand-mère Edna Gordon, du Clan des Faucons
– sur Amérindiens Libres

§

En conclusion, celle, intelligente et crissante, de Pièces et Main d’Oeuvre, justement, qui n’en finit pas de résonner et ricocher comme un défi insurpassable :

Les technologies numériques tuent ces jours-ci au Japon. Ceux qui vous disent qu’on peut à l’infini augmenter la production et la consommation, le pillage des ressources naturelles, la pollution du milieu naturel, sont des criminels qui vous mentent et nient la réalité. Les limites de la Terre s’imposent à nous et nous imposent des choix. Ce n’est pas grave. Nous n’avons pas besoin d’objets « intelligents ». Nous avons besoin d’être intelligents, de déchirer le voile de la propagande techno-scientiste, de refuser la consommation meurtrière et
abrutissante, de jouir de notre existence de Terriens.

La vie est tout ce que nous avons. Ce n’est pas parce qu’EDF, Areva et le CEA nous détruisent
que nous devons être leurs complices. Débranchons-nous.

Et voilà. Je ne sais pas répondre à ce paradoxe foncier qui fait que c’est précisément via cette connexion toxique et addictive, polluante et énergivore, que je peux vous transmettre ladite conclusion. Et en parler avec vous.
Je suis prise dans le réseau. Dans le filet des questions.

Et à cause de moi, vous aussi.
Et on ne demande pas mieux, ne serait-ce que pour cette pauvre Pacha Mamma, de continuer à savoir ce qui se passe, ce qui lui arrive, ce qui nous arrive à tous.

Je vous souhaite de bonnes actions & de mauvaises pensées.
Et bien sûr un beau printemps, et de bonnes lectures :)

Publicités