La Clef est en sommeil depuis des mois, et cela risque de durer encore. Je ne romps le jeûne que pour évoquer ce très beau livre de photographies, Nippon 2011, de Frédérick Carnet, découvert hier via Aizen, blogueuse ès Japon engagée, qui en a parlé sur Twitter (le fil du photographe : @CARNETFREDERICK et celui d’Aizen : @Aizen_kaguya).

L’histoire de ce parcours de trois mois, à photo et à vélo, du nord de l’île d’Hokkaido vers les zones de Fukushima, par un jeune photographe et citoyen du monde révolté par le drame sans nom du séisme de mars 2011 et de Fukushima, m’a tellement plu et touché que je suis présentement en train de commander l’ouvrage. Je ne suis pas habituellement très fan de l’auto-édition, mais dans ce cas précis, le livre semble aussi soigné sur la forme (impeccables kanji sur fond blanc, belle maquette à l’italienne, compositions léchées) que juste et nécessaire sur le fond. Cohérence du fond & de la forme artistique, un thème qu’on a souvent abordé sur La Clef de Fa, et que je trouve toujours, plus que jamais, d’actualité.
Et puis relier par un même fil, celui de l’histoire du voyage et de l’histoire du peuple et de sa terre, des images mixant paysages, portraits, nature préservée mais contaminée, maisons à terre et gens debout… le premier contact prend à la gorge.

(Je romps d’ailleurs aussi, de fait, le jeûne d’achats livresques. Je me suis bien calmée depuis un semestre, plus par force que par guérison – nous savons bien que ce mal est incurable ;) -, et je fais une exception de 72 E, avec les frais de port, qui en vaut largement la peine.)

Je vous en dirai davantage dès réception (=> voir EDIT plus bas). D’ores et déjà, beaucoup plus de détails et un bel aperçu des photos N&B, via le site de l’auteur, puis une interview qui replace bien le contexte de ce voyage :

Site de Frédérick Carnet
– où l’on peut commander directement, et nombreuses photographies

Carnet de voyage au Japon : Interview
– sur le blog Le monde de ma fenêtre

90 days on the roads of Japan
– blog de l’auteur & le carnet de voyage proprement dit

*

Voilà, il faut déjà que je file (le taiji me manque mais le blogouillage aussi !), à très bientôt, prenez soin de vous, et gardez les yeux et le coeur ouvert. <3

*

EDIT : je l’ai reçu ! (Envoyé avec soin et courtoisie, en plus, ce qui ne gâche rien). Alors, je ne réalisais pas mais c’est un grand format, vraiment, il est très beau, formel. Et le parcours confirme ma première impression, je trouve que c’est vraiment une belle oeuvre, à la fois vaste et précise, cohérente. La violence n’est pas frontale, mais elle est pourtant omniprésente, infusée dans une paix trompeuse, ou dans les maisons rasées, ou par la menace de l’air invisible. Et puis dans les contextes à deviner, les légumes immangeables, les dosimètres au cou des enfants. L’humanité toujours là, encore. La photographie ouvre le regard – ceci est un gros cliché mais je n’ai peur de rien – sur de larges espaces de drames muets (d’autant plus qu’impalpables, inodores et incolores, sinon indolores…), sur des contrastes soutenus, à la fois dans la teinte et dans le thème. Je n’ai qu’un regret, que l’accompagnement par le texte ne soit pas plus conséquent – mais il est vrai que c’est un livre de photographies, après tout. Bref, me voilà tout à la fois heureuse, triste, et émue de ce voyage bichrome. Je ne peux que le conseiller. Bien sûr. :)

Et j’en profite pour compléter ma petite fiche avec une autre interview, dense, par Aizen, grâce à qui j’ai découvert l’ouvrage :

Nippon 2011 – interview de Frédérick Carnet – sur Kibô-Promesse

*

Publicités