Tag Archive: bibliothèque virtuelle


 

Centième billet pour la Clef ! Tempêtes pétaradantes, passages de caps verts et roulis de rêves à lire, la météo de mon bateau-Clef n’est pas d’humeur à se calmer, il faut croire. Tant mieux, ou tant pis, ou tant qu’il faudra, dans un joyeux souk. :)

Matelots, venons-en au fait. Un vent mauvais souffle sur la blogosphère littéraire critiqueuse.
De méchantes habitudes, qui sont en fait en place, peut-être, depuis un bail, mais étant née de la dernière pluie (de feuilles), votre capitaine ci-présente ne s’en est aperçue que fort récemment. Consultant ma consoeur ès voyages livresques, via astrolabes luisants & compas tournoyants, nous nous penchâmes sur la cartographie de la situation à travers les petits et grands atlas virtuels où nous zonons de concert. Diantre quelle phrase. (Mais bon, c’est le 100ème, je sors les candélabres, le vin d’oranges et les passés simples).

Que vîmes-nous ainsi ployées sur nos parchemins pixellisés, assez marries mais surtout fort écoeurées de notre constat commun, eh bien, la chose suivante : les critiques de livres sur les blogs francophones amateurs sont – parfois – des gros vendus.
Ou des petits vendus, mais des vendus quand même.
Ou des pas vendus mais pas bien sérieux.
Ou des sérieux mais pas pertinents.
Ou bien trop nombreux par le chiffre et beaucoup trop similaires par le contenu.
Ou, ou… la liste pourrait être infinie, et nous pourrions, me direz-vous avec pertinence, commencer par nous-mêmes. Bref. De vastes différences de qualité, de quantité, d’expérience ou de tâtonnements, et de grandes divergences d’objectifs, de thèmes et de positionnements, il y aura toujours. Ce n’est pas le problème. Et je suis pour la blogodiversité.

Le problème, de taille, est la faim dévorante qu’ont certains professionnels de la profession, éditeurs et distributeurs (et parfois auteurs), pour cette manne offerte à tous que constitue un critique littéraire amateur, qui remplit son petit blog de chroniques personnelles, et qui fait ainsi, en bien comme en mal (la distinction semble tout à fait secondaire), tout plein de publicité pour les livres ainsi lus et critiqués. Lire la suite

Aaah, a y est, mon souci de connexion résolu, j’ai pu glorieusement caler un SECOND livre sur ma Babelthèque, comme ils disent.
Interface plaisante, et je viens de dénicher le tableau comparatif qui tue, et qui ne me fait plus douter de mon choix (si besoin était) : c’est dans un blog bibliothécaire vrai de vrai, c’est plein de tableaux et d’indicateurs pointus, et c’est ici :

1 AN APRES :
LIBRARYTHING vs LIBFLY vs BABELTHEQUE
– chez Bibliothèques 2.0

Et ben juste voilà, je voulais partager ma joie – pour changer de partager des pétitions !
Franchement tournée vers Babelio, donc, je délaisse pour l’heure l’option l’Agora des Livres (qui ressemble en effet à un gros et beau forum, mais là je ne peux décemment pas trouver le temps pour ça, ce sera un gouffre !)
Je résiste vaillamment à la tentation ultime de pelleter toutes mes piles de bouquins pour les intégrer soigneusement, et je m’en tiens à ma bonne résolution de débutante Babeleuse : n’entrer que le livre en cours de lecture (et un seul à la fois !).

Bon, et pour tractopeller une grosse masse d’informations en une fois (sait-on jamais), j’ai pu exporter et ma liste de livres, et ma wishlist, depuis Anobii, sur un fichier genre Calc qui va bien.
C’était tout facile.
Et je me demande comment j’ai pu rester si longtemps à zoner sur Anobii qui est ‘achment moins bien ! (et y entraîner des zamis d’ailleurs ^^).

A part ça, la vie continue, pleine de creux et de bosses, mais je vous épargne le mien stress et je vous laisse sur un guilleret tradadidadoolala… :)

Prochain épisode :
traitera d’une interminable liste
de choses à faire plus ou moins triviales /
ou bien parlera de complètement autre chose.

 

Rat de biblio mood. (Comme toujours quand j’ai des choses urgentes à faire…). Il est vrai que parler plein/beaucoup/longtemps de bouquins me manque, oui. Et qu’il serait fort malvenu de ne pas relayer la découverte via les Nouvelles d’ailleurs, from Psyché de la PLACE DES LIBRAIRES, un endroit pour choisir sa crémerie littéraire ET commander en ligne, concept bien plaisant et Amazon-free (peut-on dire cela ?) pour quand ça nous irrite de passer par le gros vilain diffuseur.

Il ne me manque qu’à sauter le pas, ce ne sont pas les occasions qui manquent ^^

…Ensuite, et conséquemment, je psychote à nouveau sur le catalogage virtuel du Vaste Vrac Informe qui est censé constituer ma bibliothèque, toujours en expansion, toujours en désordre. Lire la suite